Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, Accueil; Culture « La Bonne Épouse » : d’épouse devenir femme. Voilà un film qui fait du bien. Film féministe aux répliques ciselées, “La Bonne Epouse” s’attache à renverser tous les piliers de la parfaite ménagère et rend hommage à la lutte féminine. Comme celles de l’émancipation et de la libération de la femme, et ce sur tous les plans ! Tout est surjoué, caricaturé. La bande-annonce promet une comédie qui tire vers la satire, le sujet du film étant les écoles ménagères dans les années 60, juste avant mai 68, et donc avec un fort potentiel. Carte d’identité : Nom: La Bonne Épouse Père: Martin Provost Date de naissance: 2019 Majorité: 11 mars 2020 Type : Sortie en salles Nationalité: France Taille: 1h49 / Poids: NC Genre: Comédie. Sortie le 11 mars 2020. ! La jeune génération qui joue les élèves de l'établissement promets aussi quelques perles. Regisseurs, "Transformers 6" kommt: Dieser Regisseur soll von Michael Bay übernehmen, Jetzt auf Disney+: Ein "Star Wars"-Zeitreisefilm, Prinzessinnentausch 2: Wieder vertauscht Trailer DF. 4 abonnés Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Mais il n’en ai rien. Elle découvre pourtant, à la mort de son mari (François Berléand), que celui-ci n’était qu’un piètre gestionnaire qui ne lui laisse que des dettes. C’est une bonne comédie tout à fait réjouissante emmenée par un superbe casting d’actrices et d’acteurs qui assurent très bien. Tout l’intérêt de cette comédie épatante repose donc sur son contexte, où en 1968, l’idée de la bonne épouse soumise et parfaite, perpétuée depuis des lustres, vient se trouver en pleine remise en question lors de cette période de révolution où fourmillent enfin d’autres idées de progrès. Ihre Figur ist ja nicht eindimensional und macht eine grosse Entwicklung durch. Et c'est bien là que le bât blesse. Pilier n°1 de l'éducation : "la bonne épouse est avant tout la compagne de son mari, ce... Les jeunes filles de l’école sont aussi très bien dirigées, pas de fausse note de ce côté-là. Les dialogues sont pauvres et ne font pas mouche, les rôles sont peu travaillés et platement caricaturaux. Une très bonne idée ! En pleine campagne, à la fin des années 60, l’établissement dirigé par Paulette Van Der Beck s’apprête à rouvrir ses portes pour une nouvelle année scolaire. de celle que l’on forme dans ce type d’institution privée ou d’école ménagère. Komplette Besetzung und vollständiger Stab. La bonne épouse - Martin Provost - critique. La bonne épouse. Il nous plonge dans le quotidien d’une école destinée à faire d’adolescentes de bonnes ménagères, des épouses parfaites, sachant... Par contre je ne vois pas l'intérêt d'une fin «comédie musicale». Ses certitudes vacillent quand elle se retrouve veuve et ruinée. Un film pertinent qui vient en écho servir la cause des femmes, tout en étant bourré d’humour et pétri de situations sacrément farfelues, pour ne pas se prendre trop au sérieux malgré tout... Pour participer à On ne résiste pas à la bonne humeur et à l’enthousiasme que dégage ce trio de femmes, doublé d’un trio d’actrices épatantes (Juliette Binoche réjouissante de dérision sous les traits de cette directrice très chic et un peu coincée, Yolande Moreau toujours émouvante entre tendresse et fantaisie et Noémie Lvovsky d’un naturel désarmant en bonne sœur dominatrice). Et si on ajoute quelques jeunes actrices qui ressortent de ces « élèves futures parfaites épouses », toutes plus délurées les unes que les autres, on est comblé... le site www.avoir-alire.com est enregistré à la CNIL sous le numéro : 1033111. 02:04. 1 h 49. Et la dernière, qui a voué sa vie à Dieu, explique pourtant comment tenir un foyer et a des idées bien arrêtées sur la sexualité des jeunes filles. Filmkritik: Björn Schneider. Cary Joji Fukunaga, avec vu hier soir en avant première. Dikkenek sur TFX : que signifie le titre du film avec François Damiens ? Lire l'avis à propos de La Bonne Épouse, Martin Provost s'est évertué à donner une place importante à la femme dans sa filmographie. La bonne épouse rate son plat. Mais Paulette van der Beck peut compter sur le soutien de son banquier (Edouard Baer) qui fut jadis son premier amour. 2020. La Bonne épouse ein Film von Martin Provost mit Juliette Binoche, Yolande Moreau. Comme celle tenue de main de fer au fin fond de l’Alsace par Paulette, interprétée par Juliette Binoche étonnante et rayonnante ! Je ne pensais pas qu'une chemise pliée m'émouvrait un jour autant. Elle m'a rappelé ma mamie. Aidée de sa belle-sœur, une vieille fille qui rêve du grand amour (Yolande Moreau), et d’une nonne (Noémie Lvovsky) au caractère bien trempé, l’élégante Paulette (Juliette Binoche) dirige d’une main de fer son établissement. Viggo Mortensen, Lance Henriksen, Terry Chen, Mit L’intérêt principal à trouver à La Bonne épouse, ce sont justement ses trois femmes principales, campées par trois excellentes actrices, mention spéciale à Noémie Lvovsky et Yolande Moreau comme absorbées par leur personnage aussi attachant qu’excentrique. Le film suivait une bonne ligne scénaristique qui permettai une belle évolution du personnage principal. CRITIQUE / AVIS FILM - Disponible sur Netflix depuis le 30 octobre, "Bronx" est un pur Marchal, ivre de testostérone, de violence et de tragédie policière. Dommage car l'intention était bonne et sincère. Lire ses 3 368 critiques, Suivre son activité Army of the Dead sur Netflix : les zombies de Zack Snyder seront très réalistes, Aliens le retour sur Prime Video : le film doit beaucoup à Arnold Schwarzenegger, Justice League : le réalisateur veut une Snyder Cut en noir et blanc (et une sortie au cinéma). Fanny Liatard, Jérémy Trouilh, Avec In der französischen Komödie «La bonne épouse» leitet ein Ehepaar ein elsässisches Internat, in … La fin se perd certes dans un activisme un peu trop poussé. Césarisé en 2008 pour Séraphine, déjà porté par la césarisée Yolande Moreau, qui nous contait l'histoire de la peintre autodidacte Séraphine de Senlis (en offrant à l'actrice un autre rôle de femme qui décide de reprendre sa vie en main dans Où va la nuit en 2011), le metteur en scène s'est ensuite intéressé à l'auteure Violette... Lire ses 833 critiques, Suivre son activité Mais quand son directeur (François Berléand) décède brutalement, il revient à son épouse (Juliette Binoche) de reprendre seule les rênes de l'établissement. Ai cependant passé un bon moment avec... On sourit, on rit, on s'émeut aussi parfois. On assiste ainsi, grâce au rire et parfois à la chanson (sur des musiques dynamiques du compositeur Grégoire Hetzel) au passage de la naïveté à la prise de conscience de la force des femmes, de celui de l'épouse accomplie à la femme libre. Ce n’est qu’en 1965 que les Françaises obtiennent le droit d’exercer une activité professionnelle ou d’ouvrir un compte bancaire, sans l’autorisation de leur mari. ©FILMSTARTS.de. Lire la critique de La Bonne Épouse, Si on oublie les un peu lourdes ficelles scénaristiques qui permettent au réalisateur d’amener ses personnages où il veut, le film est plaisant, car les personnages sont incarnés par d’excellents comédiens, Juliette Binoche, Edouard Baer, Yolande Moreau, Noémie Lvovsky. En cette veille du raz de marée libertaire de mai 68 et dans une reconstitution kitch à souhait, Paulette Van Der Beck (Juliette Binoche) dirige donc l’école ménagère en Alsace, en compagnie de son époux Bernard (François Berléand) et de Gilberte (Yolande Moreau), la sœur de celui-ci. 33 abonnés Si le trait est grossi à plaisir, c’est pour mieux souligner les paradoxes d’une époque aussi joyeuse que sexiste. Données Personnelles | Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces. Le sujet principal est survolé. Un site. C'est pas trop tôt mais mieux vaut tard que jamais... Avec 518 abonnés Car il faut bien reconnaître qu’il n’y a pas beaucoup de cinéma là-dedans, que la mise en scène montre ce qu’il y a à montrer... ©AlloCiné, Retrouvez tous les horaires et infos de votre cinéma sur le numéro AlloCiné : 0 892 892 892 (0,34€/minute). Dans une veine qui n'est pas sans rappeler "Les Choristes" de Christophe Barratier, Martin Provost ("Sage femme", "Violette", "Séraphine"…) en ressuscite la mémoire pour gentiment s'en moquer. Un film qui, seize ans après "36 quai des Orfèvres", interroge au-delà de sa propre histoire. Lire la critique de La Bonne Épouse, La bonne épouse nous entretient d'une époque qui parait si lointaine mais ne l'est pas tant que cela, quelques mois avant la Révolution de 68. On y enseignait à des jeunes filles d'origine souvent modeste, auxquelles l'accès à l'enseignement général avait été refusé la cuisine, la couture, la puériculture, l'hygiène… Ressortie exceptionnelle le 22 juin 2020. Lire la critique de La Bonne Épouse, Il est encore une fois question de portrait de femmes dans le nouveau film de Martin Provost. à fuir !! 84 abonnés La fin est carrément stupide. Un tour de force que Martin Provost nous sert sur un plateau, tenu par une épouse modèle, (mais plus pour très longtemps évidemment !) | s’inscrire ), mais son remplaçant (! A l’heure où les voix des femmes s’élèvent, ce film nous rappelle que le débat sur la charge mentale et … Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. 1 Stimme. Lire ses 1 786 critiques, Suivre son activité Mais cela demeure un très bon divertissement. Connexion Le souci, c'est que l'époque est en plein chamboulement, la révolution féminine (entre autre) est en marche... ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Lire l'avis à propos de La Bonne Épouse, L’intérêt principal à trouver à La Bonne épouse, ce sont justement ses trois femmes principales, campées par trois excellentes actrices, mention spéciale à Noémie Lvovsky et Yolande Moreau comme absorbées par leur personnage aussi attachant qu’excentrique. Dommage que ces trois-là ne puissent concourir qu'aux César 2021, on leur aurait donné immédiatement un prix collectif d'interprétation féminine. Lire l'avis à propos de La Bonne Épouse, De film en film, Martin Provost n’a de cesse d’affirmer son féminisme, sous la forme d’un engagement qui n’a rien de vindicatif et encore moins de punitif, mais qui prend plutôt les allures d’un questionnement poussé toujours un peu plus loin, autour de figures féminines résolument hors-normes ; un trait que ses héroïnes partagent toutes, d’une manière ou d’une autre. Considérer "La Bonne Épouse" comme un brûlot féministe à l'heure où #MeToo et l'affaire Polanski rebattent les cartes des relations hommes-femmes est sans doute excessif. Critique : Il fut une époque, pas si lointaine, où la France était réellement le pays des droits de l’homme....un peu moins celui des droits de la femme. La bonne épouse part d’une idée intéressante : mesurer le gouffre qui nous sépare de la société française des années 1960 où le destin des filles consistait à devenir des bonnes épouses, grâce aux ressources d’un enseignement ménager adapté à leurs besoins. Film joyeux porté par de bonnes actrices (Lvovsky, Moreau et Binoche, ainsi que les jeunes actrices) et une osmose particulièrement bien venue entre les costumes et les décors... j'adore ! Lire la critique de La Bonne Épouse, C’est dans une époque pas si lointaine où nous emmène Martin Provost, quelque part entre l’éducation et l’émancipation de femmes, conditionnées aux tâches ménagères. Pour les y préparer, fleurit dans cette bonne France catholique où traînent encore les relents de la devise nationaliste et nataliste (Travail, Famille, Patrie) chère à un certain maréchal Pétain, pléthore d’écoles ménagères où l’on enseigne les sept piliers indispensables, pour faire de ces jeunes filles naïves l’élite des ménagères, le rêve de leurs futurs époux. Ses certitudes vacillent quand elle se retrouve veuve et ruinée. La cible est facile tant rétrograde était l'enseignement qui y était dispensé.

critique la bonne épouse

Nato Members Map, Les Lois De L'électricité 4eme, Météo Croatie Split, élaboration D'une Stratégie Marketing Pdf, Click-cuisine 2 Gratuit, Un Peu, Beaucoup, Aveuglément Critique, Différence Entre Doyen Et Président D'université,